Finances

Le coronavirus mettra-t-il fin à l’existence de l’argent liquide ?

De nos jours, les gens craignent que l’argent liquide ne soit porteur du virus. Plus personne ne veut toucher à la monnaie réelle. Désormais, la plupart des magasins ouverts portent un panneau avec la mention « crédit ou débit uniquement ».

Avec le coronavirus, les billets sont au cœur de tous les affolements. Face à cette polémique autour de l’argent liquide, la Banque d’Angleterre et l’Organisation mondiale de la santé affirme que « le risque n’est pas plus grand que pour tout autre objet”. Notons que les plus petits billets britanniques sont de 5 livres et de surcroît sont en plastique. Par conséquent, les couches moyennes sont indirectement attaquées par les nouvelles règles des magasins. C’est pourquoi la Banque du Canada souhaite que les détaillants continuent à prendre les billets, car « refuser l’argent liquide pourrait faire peser une charge excessive sur les personnes qui dépendent de l’argent liquide comme moyen de paiement ». 

Le refus de l’argent liquide s’est étendu un peu partout dans le monde. C’est ainsi qu’en Chine, la Banque a décidé de désinfecter et de stocker les billets pendant 14 jours avant de les remettre en circulation. La Corée du Sud surprend tout le monde en brûlant les billets pour prévenir le Coronavirus. Etait-ce la meilleure solution ? 

Selon CBS News, les responsables américains de la santé sont plus prudents.

« Les gouttelettes peuvent vivre sur des surfaces, y compris les sièges de métro et les billets de banque. Il semble que cela pourrait être une voie de transmission, car c’est quelque chose que les gens partagent et manipulent couramment« , a déclaré le Dr Jeffrey Shaman, professeur à la Mailman School of Public Health de l’Université de Columbia. 

Par conséquent, certains experts en santé publique recommandent au public d’éviter de manipuler entièrement de l’argent liquide et de payer plutôt les biens et services avec des cartes de crédit ou des modes de paiement sans contact lorsque cela est possible. « Les cartes de crédit sont personnelles, donc personne n’y touche [dans de nombreuses transactions de détail] à part leur propriétaire« , a déclaré le Dr Maggirwar. « Les espèces échangent les mains et on ne sait jamais jusqu’où cette facture a été envoyée.« 

Pendant ce temps, en Allemagne…

Contrairement aux autres pays, certains n’ont aucun problème avec les paiements sans contact avec l’argent liquide. Néanmoins, pour les pauvres, les jeunes et les autres personnes qui n’ont pas de carte de crédit ou de carte bancaire, cela peut être une véritable épreuve. 

Dans d’autres pays par contre, c’est un changement majeur dont la mise en application demande beaucoup plus de temps. En Allemagne par exemple, beaucoup de restaurants et de magasins ne prennent pas les cartes de crédit. Quand vous prenez un taxi à Berlin et que vous n’avez pas de l’argent liquide, vous serez obligé de vous arrêter à un distributeur automatique. 

Les Allemands ne font apparemment pas confiance aux cartes. Selon DW, les raisons vont de « la mémoire populaire collective d’événements historiques douloureux tels que la grave hyperinflation de l’époque de la République de Weimar, à un désir intense de vie privée et une méfiance à l’égard de toute forme de surveillance« .

« On hésite à se débarrasser de l’argent liquide et la population allemande soupçonne généralement que se débarrasser de l’argent liquide revient, d’une certaine manière, à se débarrasser d’une partie de sa liberté« , a déclaré à DW le professeur Dorothea Schäfer de l’Institut allemand de recherche économique. Cependant, ils s’y habituent en ce moment. D’après un article plus récent de DW, avec les règles de distanciation sociale et la crainte de répandre le COVID-19, des panneaux apparaissent dans les restaurants et les magasins, demandant aux clients de payer électroniquement. Ils peuvent si possible payer avec une carte pour éviter tout contact étroit lors de l’échange d’argent liquide

Les entreprises ne sont pas les seules concernées. Beaucoup d’acheteurs sont également moins disposés à manipuler de l’argent liquide.Néanmoins, les Allemands ont beaucoup de problèmes identiques à ceux que nous avons déjà mentionnés. Selon les statistiques, les personnes âgées, les pauvres, ceux qui n’ont pas accès aux banques et ceux qui sont simplement hors ligne sont laissés pour compte. C’est pourquoi la Banque du Canada pense toujours que l’argent liquide a un avenir, indique John Lorinc dans Macleans.

Le point de vue officiel de la Banque du Canada est que les billets et les pièces sont peu coûteux (pas de frais de transaction), faciles à utiliser, assurent la confidentialité et la sécurité, et sont toujours viables en cas d’urgence (par exemple, une panne massive). Elle note également que si 99 % des Canadiens, y compris les plus pauvres, ont des comptes bancaires, beaucoup sont « sous-bancarisés » (les frais bancaires sont si élevés qu’ils ont tendance à ne pas utiliser de plastique).

Le coronavirus supprimera-t-il l’argent liquide ?

Cela changera-t-il après la pandémie ? Il est probable que oui. Les transactions sans argent liquide sont très rapides et pratiques pour ceux qui ont de l’espace ou un crédit, encore plus si vous avez une Apple Watch. Aujourd’hui, beaucoup de détaillants ne s’intéressent pas à vous si vous n’en avez pas. Les personnes qui utilisaient auparavant de l’argent liquide pour de petits achats comme leur tasse de café paient maintenant avec du plastique. 

Également, les personnes qui manipulent de la nourriture et du café n’auraient jamais dû avoir affaire à de l’argent sale au départ. 

Ainsi, les gens sont de plus en plus réticents à l’idée d’utiliser l’argent liquide. Nancy Skola de Politico s’entretient avec le responsable de Paypal pour prendre son avis sur la crise liée au coronavirus. M. Schulman, de PayPal, voit tout cela comme une partie d’un changement à venir. Pour lui, “chaque transaction que nous choisissons de faire virtuellement plutôt qu’en espèce nous donne des muscles pour la monnaie, ce qui nous permet de ne plus jamais toucher à ce billet d’Alexander Hamilton« .

Ou bien cela pourrait aller dans le sens inverse lorsque les gens sont plus pauvres et moins en sécurité. Il est plus facile de suivre ce que vous avez quand il est dans votre poche ou votre matelas”. Comme l’a écrit Timothy Rooks sur DW : « En temps de crise, les gens aiment les choses auxquelles ils peuvent faire confiance. Des choses qu’ils peuvent tenir. »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *